Conseil pour les étudiants : de nombreuses ONG travaillent avec les SIG – et proposent des stages. Esri s’engage activement dans ce domaine. Nous vous présentons trois projets au CICR, au WWF et à l’IUCN.

Assurer une paix et une prospérité durables et protéger la planète : c’est ce que veulent les objectifs de développement durable / ODD (Global Goals / SDG) des Nations Unies (ONU). Dans le monde entier, de nombreuses ONG s’engagent pour la réalisation de ces objectifs. Pour ce faire, elles travaillent intensivement avec les systèmes d’information géographique (SIG) basés sur la technologie Esri. Nous vous montrons ce que cela signifie exactement à l’aide de trois exemples concrets.

Visualisierung der Global Goals / SDG mit den bekannten bunten Würfeln.
Global Goals : Initiative de développement durable de l’ONU (source : https://www.globalgoals.org/)

Prendre des décisions avec le SIG

Comme pour toutes les organisations et entreprises, il s’agit pour les ONG d’utiliser efficacement les moyens disponibles. Évaluer les priorités et (ré)attribuer les tâches est un processus permanent. Il s’agit notamment d’identifier les communautés dans le besoin, d’allouer des ressources, de communiquer les objectifs, de mieux défendre les intérêts et d’augmenter la productivité en général. En utilisant les SIG comme outil d’aide à la décision et de gestion de leurs projets, ils peuvent mieux atteindre leurs objectifs. De plus, l’impact devient mesurable.

Aujourd’hui, les domaines d’application des SIG sont incroyablement variés lorsqu’il s’agit d’aide humanitaire, de protection de la nature et de développement durable. Que ce soit pour restaurer un biotope local ou défendre les droits humains d’une population menacée, le SIG est évolutif et peut être utilisé dans différentes situations.

Hub SIG au CICR

Aide humanitaire pour les personnes vivant dans des zones de conflit dans le monde entier : au Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le besoin de cartographie sur le terrain a toujours été important. Et il ne cesse de croître. C’est pourquoi une équipe SIG a été créée dès 2003.

Une des premières tâches de l’équipe SIG a été de créer un répertoire complet de données géographiques de toutes les interventions de l’organisation, un «Repository». Il contient des données sur l’accessibilité générale, les services importants comme les hôpitaux et les centrales électriques ainsi que les prisons. En outre, tous les lieux où se trouvent les équipes – et où elles pourraient intervenir – sont mentionnés.

Le référentiel est mis à jour chaque année ou en fonction de la crise. Cet effort énorme garantit que les données soient de grande qualité et aussi fiables que possible. De plus, le système est développé en permanence. Afin de rendre le répertoire accessible à tous les collaborateurs dans le monde entier, l’équipe SIG a mis en place un géoportail dès 2010.


Géoportail 2.0

Outils Esri au CICR

Dans les prochains mois, divers produits Esri pourraient être intégrés au Géoportail 2.0 pour compléter la palette de services, tels que:

  • Survey123 pour la saisie mobile de données.
  • Collector / Quick Capture pour la transmission sécurisée des données.
  • Drone2Map / ArcGIS Pro pour la création de modèles de surface en 3D.
  • LocateXT pour l’extraction de géolocalisations à partir de texte brut.
  • Outils de Machine Learning / IA pour la reconnaissance d’objets et l’analyse de changements sur des images satellites.
  • GeoEvent pour le suivi sécurisé des interventions sur le terrain.

L’étape suivante a été le lancement de «G4ALL» («SIG pour tous») en 2020. Grâce à ce programme, le nouveau «Géoportail 2.0» doit devenir le hub SIG au sein du CICR – avec plus de 170 couches thématiques pour le partage, l’impression et l’exportation de cartes.

Screenshot aus dem GIS-Hub 2.0 des IKRK - Beispiel für GIS bei NGOs
Hub SIG du CICR : « Geoportal 2.0» (écran principal) (Source : ICRC GIS Team)

Bon à savoir : L’équipe SIG du CICR compte aujourd’hui 47 personnes dans une trentaine de pays, issues des domaines de l’ingénierie, de la géomatique et du développement web. Elle a d’ailleurs publié son rapport annuel 2020 sous la forme d’une Story Map très informative. D’autres Story Maps sont publiées régulièrement, mettant en avant l’analyse SIG réalisée pour rapporter sur différents travaux tels que l’estimation de population à l’aide du Deep Learning.


Portail «Panda Globil» du WWF

Les applications SIG jouent également un rôle important dans la protection de l’environnement. De nombreuses initiatives encouragent l’échange de géodonnées et s’engagent ainsi pour plus de durabilité. Le portail «Panda Globil» du WWF en est un bon exemple. Il répertorie les géodonnées, les cartes et les applications disponibles pour les acteurs de la protection de la nature. Des Story Maps sur différents thèmes sont proposées pour permettent au public de s’informer.

Übersichtsseite des WWF-Informationsportals Panda Globil.
Panda Globil : portail d’information du WWF (Source : https://globil.panda.org/, WWF Panda Globil)

Le portail est très convivial : les utilisateurs peuvent créer des cartes, échanger des données et présenter leur travail en ligne au public. Panda Globil est basé sur ArcGIS Online.


Liste rouge des espèces menacées de l’UICN

La liste rouge des espèces menacées est connue de la plupart des gens. Mais peu de gens savent qui la gère. C’est pourquoi nous présentons brièvement cette organisation.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a été fondée en France en 1948. Elle est l’autorité mondiale en matière d’état de la nature et des ressources naturelles ainsi que de mesures visant à les préserver. Plus de 1.400 organisations membres et 18.000 experts s’engagent auprès de l’UICN, dont le siège est à Gland (Suisse).

Depuis 1964, l’UICN tient cette liste rouge des espèces menacées d’extinction. C’est la source d’information la plus complète au monde sur l’état de conservation des espèces animales, végétales et fongiques – et elle est disponible sous forme de Story Map. Les données sont très détaillées. On y trouve l’aire de répartition, la taille de la population, l’habitat et l’écologie des espèces menacées.

Rote Liste der gefährdeten Arten mit einer Beispielansicht der Sand Cat.
Informative et complète : Liste rouge des espèces menacées (source : https://www.iucnredlist.org/species/8541/50651884, UICN)

«Contributions for Nature» est le nom d’un nouveau projet global de l’UICN. Sur cette plate-forme numérique, les membres de l’UICN peuvent documenter où ils prévoient concrètement des mesures de conservation et de restauration de la nature. Le réseautage, l’échange et la création de partenariats sont également importants. Il est prévu d’intégrer la liste rouge à ce portail, qui sera réalisé avec ArcGIS. Les utilisateurs pourront ainsi télécharger des données spatiales et non spatiales et les visualiser à l’aide de rapports géographiques.


Collaborer plus facilement grâce aux SIG

Ce qui est décisif pour ces organisations, c’est l’échange d’information, et ce quelle que soit leur mission. Le SIG est un excellent outil pour la collaboration à tous les niveaux. C’est pour cette raison que de nombreuses ONG misent sur le Nonprofit Organization Program d’Esri. ArcGIS les soutient dans leur mission. Elles utilisent les SIG pour prendre des décisions éclairées, améliorer l’efficacité opérationnelle, mobiliser les parties prenantes, mesurer et optimiser les programmes, garantir des revenus durables et présenter des impacts positifs.

Conseil: En tant qu’étudiants, souhaitez-vous mettre vos compétences SIG au service de la communauté des organisations à but non lucratif ? Regardez autour de vous dans le secteur. De nombreuses organisations proposent des stages, par exemple le CICR qui publie chaque année sur son site une annonce de poste pour une durée de 12 mois. De plus, restez informés, abonnez-vous au flux Non-Profit-Update d’Esri (en anglais ou en allemand).